VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (2 votes cast)
Oui enfin... il faut juste dire "Oculus" maintenant...

Oui enfin… il faut juste dire « Oculus » maintenant…

C’est la grande messe du jeu vidéo en France, et les fidèles y sont de plus en plus nombreux, je veux bien sûr parler de la Paris Games Week ! Machineaste.com s’y est rendu dés mercredi matin pour tester les dernières nouveautés vidéoludiques, et parmi elles, il y en a une qui nous a particulièrement tapé dans l’œil…

PGW_01

Il était une fois, le Paris Games Week

Une semaine de vacances, un jeune neveu qui vous harcèle pour participer au championnat de France de Super Smash Bros., il n’en faut pas plus pour se retrouver à Porte de Versailles, devant l’impressionnante cohue qui n’attend qu’une chose : Pénétrer dans les pavillons des festivités afin de goûter pad en main aux mets plus ou moins raffinés que lui a concocté la centaine d’exposants pour les mois à venir. Dans ce contexte, quand on a enfin passé le portillon d’accès et que l’on découvre avec surprise un stand spécialement dédié à l’Oculus (Rift), ça affole les pupilles !

Damned ! Une heure d’attente pour à peine cinq minutes de démonstration !?! PGW_05Ma foi, c’est une façon honnête de résumer succinctement une journée lambda à la Paris Games Week. Et encore, une heure ce n’est pas si terrible comparé à ce que doivent attendre ceux qui veulent s’essayer au dernier Call of Bidule… Enfin bref, passées les premières minutes de la queue qui me séparent du fameux casque de réalité virtuelle, me voici en face de la grande vitre qui me laisse entrevoir l’intérieur du spacieux stand de l’Oculus. Je suis alors témoins d’un mystérieux spectacle : « C’est bien la première fois que je vois des joueurs qui ne regardent pas leur écran télé ! » me dis-je intérieurement. Les écrans les plus proches affichent ce qui est sans aucun doute un shooter spatial graphiquement impressionnant. J’apprendrai plus tard qu’il s’agit de Valkyrie, prochain titre phare de la série EVE Online. Les petits chanceux arrivés avant moi s’en donnent à cœur joie d’observer chaque recoin de leurs cockpits respectifs : Les têtes s’agitent de gauche à droite, vers le bas puis vers le haut, ils regardent partout, tels des nouveaux nés dans ce monde virtuel. La file d’attente avance, je ne suis plus qu’à quelques visiteurs de l’entrée du stand. Je repense à la bataille spatiale auquel je viens d’assister sur Valkyrie et me met à imaginer le potentiel monstrueux que pourrait avoir une telle expérience sur une licence à la Star Wars : Rogue Squadron (pour un joueur de ma génération, c’est une madeleine de Proust).

PGW_06Mon heure est enfin arrivée. J’entre dans le stand de l’Oculus, toujours accompagné de mon fidèle neveu qui a tout juste l’âge pour essayer la bête (des panneaux placés sur tout le parcours de la file d’attente annonçaient l’interdiction de la démonstration aux enfants de moins de 13 ans, ceux ayant entre 13 et 18 ans devant être obligatoirement accompagnés d’un adulte). Je comprend vite que je ne vais pas avoir le privilège de choisir la démo selon mon bon plaisir, je vais devoir me contenter du siège qui vient de se libérer, et ce n’est pas Valkyrie… Fuck. Passé cet instant de frustration, je me retrouve donc devant un jeu de plateforme qui se révèle assez mignon : Lucky’s Tale (son nom ne me sera d’ailleurs dévoilé qu’une fois arrivé au bout de la démo). Esthétiquement parlant, cela semble être le savant mélange d’un Mario 3D et d’un Zelda Wind Waker, en bon fan de Nintendo, ça me parle. Il est temps d’enfiler le casque tant convoité, pour quelques minutes qui vont définitivement marquer ma vie de joueur.

Nouvelle NaissancePGW_07

La prise en main (si ça a encore du sens de parler ainsi) est immédiate. Instinctivement, j’essaie tous les mouvements possibles, et ça marche du tonnerre. Il ne s’agit pas seulement de l’orientation de la tête, mais aussi de son positionnement dans l’espace : Je me décale vers le côté gauche du fauteuil, et la caméra in-game s’en trouve modifiée en conséquence. Phénoménal. L’univers cartoon est attachant du jeu me paraît gigantesque, il faut dire que le héros (un renard) que j’aperçois à gauche de la map n’est pas bien grand. L’hôtesse me donne une manette de Xbox 360 entre les mains, c’est avec celle-ci que je vais pouvoir contrôler Lucky, puisque c’est son nom. Une fois encore, l’influence des productions Nintendo se fait sentir dés les premiers mouvements, on pourrait même parler de plagiat pur et simple si l’on mettait de côté le système Oculus et sa 3D stéréoscopique. Les déplacements du personnage sont réduits au stricte minimum : Le stick pour avancer, un bouton pour sauter. Mais qu’importe, le confort est optimal (on se souffre pas du poids du casque), et la magie opère définitivement.

luckys_tale_smallJ’envois donc Lucky collecter quelques étoiles sans forcément savoir pourquoi (une habitude de l’ancien temps) et en découdre avec des petits monstres que je devine être des ennemis. J’explose des blocs qui libèrent encore plus d’étoiles qui virevoltent dans le ciel. Désormais hors de mon champ de vision, je lève la tête pour voir où elles vont atterrir, mettant ainsi de côté mon personnage resté sur la terre ferme pendant un court instant. Dans la majorité des jeux vidéo, cette action n’est pas possible, elle n’est en fait même pas concevable. Désormais, je suis un spectateur libre et affranchit de mon protagoniste. Un peu plus loin dans le niveau, j’arrive dans un espace ouvert avec plusieurs chemins possibles. Chacune de ces directions m’a permis d’observer une multitude de petits détails, comme ces petits papillons et autres hiboux qui se plaisent à voler autour de Lucky et semblent me regarder. L’effet de la 3D est saisissant. Par ailleurs, on comprend très vite que le level-design a été spécialement pensé pour l’Oculus, celui-ci nous obligeant à utiliser notre tête (dans tous les sens du terme) pour avancer. La démo arrive déjà à son terme, laissant apparaître de fameux titre. On en aurait bien repris pour quelques heures !

PGW_09Cette expérience m’a complètement rassuré quant à l’avenir de l’Oculus. Si je n’avais aucun doute sur son efficacité pour les jeux privilégiant une vue à la première personne, j’étais en droit de m’interroger sur ce qu’une telle technologie pouvait apporter aux autres types de jeux. Après avoir testé un jeu d’aventure à la troisième personne comme Lucky’s Tale, je suis convaincu que l’Oculus a de quoi révolutionner notre rapport au jeu vidéo, qu’il s’agisse des mécaniques de gameplay comme de l’exploration du monde virtuel. Des premières impressions qui font vraiment plaisir quand on sait à quel point l’industrie du jeu vidéo peine à se renouveler ces derniers temps. Encore faut-il que les gros éditeurs suivent le pas en s’engouffrant dans la brèche de la réalité virtuelle, à l’instar de Sony qui développe son propre casque baptisé Morpheus et prévu pour fin 2015.

Il n’est pas difficile d’imaginer comment un tel outil pourrait être exploité par les machinéastes à l’avenir. Mais d’ici à ce que l’on tourne nos machinimas directement avec l’Oculus en guise de caméra, on a encore le temps de voir passer un ou deux Paris Games Week…

Version testée à la Paris Games Week : Oculus VR Development Kit 2

Paris Games Week : On a testé l'Oculus Rift !, 5.0 out of 5 based on 2 ratings
Que pensez-vous de cet article ?
  • Distrayant 
  • Mal rédigé 
  • Inutile 
  • Ennuyeux 
  • Utile 
  • Bien rédigé 
  • Détaillé 
  • Incomplet 

Accueil Forums Paris Games Week : On a testé l’Oculus Rift !

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par ReggieMetalFox ReggieMetalFox, il y a 2 ans et 5 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #4320
    ReggieMetalFox
    ReggieMetalFox
    Admin bbPress

    C’est la grande messe du jeu vidéo en France, et les fidèles y sont de plus en plus nombreux, je veux bien sûr parler de la Paris Games Week ! Machine
    [Pour voir l’article complet : Paris Games Week : On a testé l’Oculus Rift !]

    Machinima is Art.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.