VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (3 votes cast)

indiana_jones_render0014

Alors que la saga Indiana Jones s’invite à nouveau dans vos soirées geeks du mardi sur la sixième chaîne (M6 pour les intimes et amateurs de télé-réalité culinaire), il y a un épisode fraîchement arrivé des aventures de l’archéologue qui ne sera sûrement pas diffusé à la télé, et qui pourtant vaut le coup d’œil : Indiana Jones et la Pierre de Temps, dernière production en date du machinéaste français Wabby, nous donne un bel aperçu de ce que l’on peut faire aujourd’hui sur iClone avec nos petites mains, du temps et de la passion. Il n’en fallait pas plus pour justifier une petite entrevue exclusive, que l’intéressé a accepté de nous accorder avec la sympathie qui le caractérise.

Interview menée par ReggieMetalFox

Reggie : Bonjour Wabby, et merci de m’avoir accordé cet interview !

Wabby : Salut Reggie, je suis très content d’avoir cette opportunité. C’est moi qui te remercie !

indiana_jones_render005Reggie : Pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Wabby : Je crois pouvoir dire que je suis avant tout un (vieux) gamer et malgré quelques essais rapides avec le jeu The Movies qui ne m’avaient pas convaincu, c’est un peu plus tard : il y a environ une dizaine d’années que les choses ont vraiment commencé et que je me suis découvert une véritable passion de vidéaste. En effet, c’est par la réalisation et le montage de court‐métrages que j’ai débuté. Puis, je suis devenu papa et là tout d’un coup j’ai eu beaucoup moins de temps de libre pour tout ça 🙂 . Quelques années plus tard, j’ai repensé au jeu The Movies et suis tombé sur le site de la communauté francophone grâce auquel j’ai découvert le petit nouveau : Muvizu. Seulement quelques jours plus tard, je publiais mon petit Terror at Littletown qui reste aujourd’hui la vidéo la plus consultée sur ma chaîne Youtube. C’est ironique quand on pense que c’est la vidéo sur laquelle j’ai le moins bossé ^^.

Reggie : Bienvenue au club ^^. Tu viens donc de sortir ton dernier film : Indiana Jones et la Pierre de Temps. Avant de traiter du film à proprement dit, raconte-nous ta découverte de l’univers d’Indiana Jones.

Wabby : Je crois me souvenir que j’ai découvert Indiana Jones à la sortie ciné du premier film… ça remonte à loin, donc. Et depuis, comme beaucoup, c’est resté pour moi une sorte de référence indétrônable dans la catégorie des personnages fictifs qui nous font rêver. Mon envie de faire un film avec Indy est venue un peu par hasard en « jouant » avec Muvizu qui a tous les accessoires pour faire un personnage aventurier et c’est ainsi que j’ai publié les premières petites vidéos, simplement pour le fun. En voyant l’engouement des quelques internautes qui commentaient ces vidéos, je me suis dit qu’il serait sympa de faire vraiment quelque chose alors, j’ai lancé un appel dans les forums de themovies.fr.

Reggie : Pour être plus précis, Indiana Jones et la Pierre de Temps n’est pas un film mais un premier épisode d’une série. Pourquoi avoir choisi ce format ? Après tout, l’unique série de la franchise, « Les Aventures du Jeune Indiana Jones », a beaucoup souffert de la comparaison avec les films…

indiana_jones_render007Wabby : En fait, si : Indiana Jones et la Pierre de Temps est bien un long‐métrage au départ mais pour une raison purement pratique : le scénariste et moi‐même avons rapidement décidé de le découper en plusieurs parties afin de ne pas mettre 10 ans à publier quelque chose. Je ne connais pas la série si ce n’est quelques images aperçues par hasard à la télé. Ça ne m’avait pas semblé très intéressant.

Reggie : Indiana Jones et la Pierre de Temps est un projet de longue haleine. Initié avec le logiciel Muvizu (le projet s’appelait d’ailleurs Muvizu Jones à l’époque), il nous est finalement arrivé sur iClone, avec l’esthétique que l’on connaît. Peux-tu revenir sur les raisons de ce changement ?

Wabby : Oui, il y a effectivement eu une longue période de pré‐production assez périlleuse, c’est le moins qu’on puisse dire ! Alors que le scénario était en cours d’écriture, je commençais déjà à bricoler avec Muvizu et rapidement j’ai réalisé que beaucoup de choses ne seraient pas réalisables, à cause les limites du logiciel. Je me suis alors naturellement tourné vers iClone, seule alternative à mes yeux. Et là, encore : longue période de tests en tous genres avec un premier design pour les personnages, grâce à la précieuse collaboration de Carlo Barbiero qui me filait déjà un coup de main pour les textures des vêtements. Mais, malheureusement il fallait se rendre à l’évidence : ce type de personnages manquaient cruellement de charme (à la fois trop et pas assez réaliste). A ce stade, j’ai bien failli tout arrêter, mais c’est alors que Reallusion (le développeur d’iClone) annonçait la nouvelle version de leur logiciel qui allait permettre l’utilisation de personnages 3D provenant d’autres logiciels et le projet est alors reparti avec les personnages qu’on voit dans la version finale (un kit que j’ai acheté sur la boutique de DAZ studio et bricolé avec le logiciel Blender avant import dans iClone). J’étais alors quasiment seul à la technique et croyez‐moi, il fallait en apprendre des choses dans le domaine de la 3D … et la fabrication de personnage animé, c’est un domaine vraiment très complexe. Mais, à force de bidouiller, j’ai réussi à avoir toute une panoplie qui fonctionnait assez bien. On retrouvait alors l’aspect cartoon de Muvizu mais avec toutes les possibilités techniques d’iClone.

making-of-indianajones001

L’Université du Docteur Jones a été modélisée à partir de Sketchup.

Reggie : Le scénario introduit par ce premier épisode est bluffant par son respect de l’univers des films de Spielberg. Parle-nous de ta collaboration avec le scénariste Olivier Levallois.

Wabby : Alors là, pour moi le scénario c’est LE point fort de tout ce projet : Olivier Levallois est, à mes yeux, un scénariste extrêmement imaginatif et talentueux ! Suite à mon annonce dans le forum, il y avait au départ, deux personnes qui ont répondu (dont Olivier) mais leur collaboration n’a pas fonctionnée et très rapidement Olivier est resté le seul sur le projet. L’idée de départ, c’est à lui seul qu’on la doit et je n’ai fait que lui donner mon « ok » pour lancer vraiment le film dans cette direction. Je me souviens de la seule chose que je lui ai dite à l’époque : « On ne se fixe aucune limite scénaristique, soyons fous et je trouverai toujours une solution pour réaliser ce que tu écris ! ». Bon… quand j’y repense, c’était plein de bonnes intentions mais j’étais loin de me rendre compte de ce que cela impliquerait plus tard ! 🙂
Assez rapidement, Olivier m’informait qu’il avait une histoire qui pouvait se développer sur la durée d’un long‐métrage et j’en reviens donc au fait que le film a été découpé en plusieurs parties pour sortir « rapidement » quelque chose et surtout parce qu’il y avait un tel potentiel que je trouvais dommage de résumer ça à un court‐métrage. A ce jour, le scénario complet n’est pas écrit mais Olivier a toute la trame de l’histoire en tête, bien entendu. Même moi, je n’ai que quelques informations que je lui avais soutirées par souci de cohérence entre les épisodes à venir et le premier que je commençais à produire. L’écriture de cette première partie a demandée plusieurs mois de travail, à Olivier qui – comme moi – fait ça sur son temps libre, je le doit le préciser. Egalement passionné par la saga d’Indiana Jones, Olivier a su respecter toute l’histoire du personnage tout en explorant de nouvelles facettes (son enfance et surtout la relation avec sa mère qu’on aperçoit que quelques secondes, dans le premier épisode). L’écriture de scénario est un travail très complexe, mais vraiment passionnant que j’ai découvert aux cours de nos nombreux échanges au cours desquels je ne faisais que donner mon avis ou poser des questions pour plus de précisions quant à la création des décors et la mise en scène à imaginer.

Reggie : D’où vient cette idée de voyage dans le temps grâce à une pierre mystérieuse ? Indiana Jones va-t-il voyager dans différentes époques au cours des prochains épisodes ?

Wabby : Olivier Levallois serait plus à même de répondre à cette première question car c’est de son imagination que tout ça est sorti ! Je peux vous dire qu’il y aura effectivement des voyages dans le temps, dans la suite mais moi‐même, je n’en sais pas plus pour l’instant.

indiana_jones_render0011Reggie : Tu as su réunir une équipe de doubleurs formidables pour donner vie aux différents personnages. Comment les as-tu trouvés ?

Wabby : Oui, ce sont toutes des personnes issues d’une troupe de théâtre locale que nous (ma femme et moi) avons rencontré et qui me suivent depuis le machinima Libre Arbitre. Ce sont tous des acteurs formidables et ils s’en tirent vraiment bien quand on sait qu’ils ne sont absolument pas habitués à faire du doublage, comme ça. En plus de leurs textes, ce qu’ils ont tous vraiment apprécié, c’est la liberté de jeux que je leur ai laissé (grâce à la synchronisation labiale d’iClone) : c’est le film qui s’adaptait à leur jeux d’acteur et pas l’inverse (comme c’est le cas pour la post‐synchronisation pratiquée pour le doublage français de série TV, par exemple).
Il y a également la prise de son qui est vraiment impeccable, grâce au savoir‐faire et au matériel professionnel dont on a pu profiter également.

Reggie : La fin du premier épisode est ponctuée par une séquence d’action qui n’a pas convaincu tous les spectateurs. Il semblerait que les limites d’iClone ne t’aient pas permis de réaliser la séquence comme tu l’aurais voulu. Quelles ont été les principales difficultés techniques que tu as rencontré à ce moment-là ? Penses-tu pouvoir les surpasser pour les épisodes à venir ?

Wabby : Hé oui, j’en suis d’ailleurs le premier déçu/frustré dans tout ça mais ce sont des limites que j’ai malheureusement découvert en cours de production. Ce n’est pas forcément dû au logiciel iClone, mais d’une part au manque de puissance de mon petit PC mais aussi au temps que cela aurait demandé pour faire de meilleures animations : des mois de travails en plus, et je l’avoue : je n’avais plus le courage, à ce stade. Il y a eu énormément de difficultés techniques à surmonter dans ce projet et encore : heureusement que j’ai eu l’aide exceptionnelle et bénévole d’un technicien 3D (Patrick Deleu) qui a entièrement conçu les véhicules animés (le train, la voiture…) ainsi que la fameuse Pierre de Temps créée avec ZBrush et 3DStudio Max, par exemple.

27-09-2013 16-48-16

La locomotive à vapeur a quant à elle été réalisée avec 3DS Max.

Reggie : Penses-tu envoyer ton film à Steven Spielberg et à Georges Lucas ? Il paraît qu’Annabelle Debain, qui a composé la bande originale de ton film, a des contacts avec John Williams…

Wabby : Je peux toujours tenter le coup, oui. Car, finalement, cette animation pourrait être considérée comme une sorte de pré‐visualisation d’un « vrai » film, pourquoi pas. Il faudrait vraiment que ce premier épisode fasse un buzz international pour que ça donne quelque chose… Mais, je ne rêve pas trop… Hé oui, en plus de composer de superbes musiques, Annabelle est pleine de ressources ;‐)
Je la remercie encore pour son travail, mais aussi pour sa patience… tout ce temps qu’elle a attendu pour que je lui livre enfin la vidéo, car j’étais bien loin d’imaginer le temps que ça me prendrais, au départ.

indiana_jones_render002Reggie : Où en es-tu actuellement sur la production du deuxième épisode ? Une date de sortie à mettre sur nos calendriers ?

Wabby : Je ne peux rien affirmer pour le moment si ce n’est que nous ne savons pas encore sous quelle forme la suite sera produite car la seule chose dont je suis sûr c’est que je ne continuerai pas le film dans ces conditions, maintenant que je sais ce que ça représente comme charge de travail (j’en ai passé des soirs à bosser jusqu’à pas d’heure, tout seul derrière mon pc… après plusieurs mois à ce rythme, ça devient difficile de trouver le courage de continuer, je vous assure). Sans vous dévoiler la suite de l’histoire, mais juste vous montrer une des difficultés à venir : il y a des décors et surtout des personnages à créer pour lesquels je n’ai pas les compétences techniques et qui demanderait alors l’aide d’autres professionnels. Bref, on se laisse le temps de la réflexion Olivier Levallois et moi.
Mais comme vous, j’ai très envie de connaître la suite de l’histoire, rassurez‐vous !

Reggie : Qu’est-ce que tu voudrais dire aux lecteurs de Machinéaste.com ?

Wabby : Peu importe les outils que vous utilisez, ce qui compte c’est le résultat et surtout : faites des films pour vous amuser ! Tant qu’on prend plaisir à le faire, ce sera toujours sympa à voir pour les spectateurs 🙂 .

Reggie : Merci Wabby pour cet entretien, je te dis à bientôt !

Wabby : Merci Reggie. Et moi, j’ai hâte de voir aussi tes prochaines productions !

.

Voir le film : Indiana Jones et la Pierre de Temps – Episode 1 

Interview : Wabby, sur les traces d'Indy, 5.0 out of 5 based on 3 ratings
Que pensez-vous de cet article ?
  • Détaillé 
  • Distrayant 
  • Bien rédigé 
  • Utile 
  • Incomplet 
  • Ennuyeux 
  • Mal rédigé 
  • Inutile 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*

2 commentaires

  • larrede il y a 3 ans

    Bonjour,

    J’ai travaillé il y a des années avec Olivier Levallois. Cela fait des années que nous avons perdu contact et je cherche désesperemment à le recontacter. Pouvez-vous m’aider s’il vous plaît? Georges L.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
  • ReggieMetalFox

    Sur les traces de Wabby ^^, j’imagine que tu peux essayer de le contacter via sa page Facebook : https://www.facebook.com/WabbysLand

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)